"Mon âme a reconnu votre âme" de Cathie Hubert par Espace Lyrique 

https://espacelyrique.blogspot.co.uk/2017/10/mon-ame-reconnu-votre-ame-de-cathie.html#more

Poèmes et peintures inspirés par Jonas Kaufmann

 

 

"Mon âme a reconnu votre âme" chante Werther à Charlotte dans l’opéra de Jules Massenet, c’est aussi le titre du recueil de poèmes, dessins et peintures de Cathie Hubert, inspirés par la voix prodigieuse de Jonas Kaufmann. 

 

Un soir de 2010, lorsque le rideau se lève, le public parisien ne sait pas encore que l’ombre bleutée de ce Werther va les plonger dans une délicieuse catharsis pendant trois heures. Synchronicité aurait dit C.G. Jung, la coïncidence significative qui saisit, les mots du poète résonnaient dans le cœur et l’âme de chacun.


Pour Cathie Hubert, c’est après avoir vu Jonas dans Manon Lescaut à Londres en 2014 que ce livre s’est imposé. C’était la découverte qu’une grande émotion peut modifier le cours d’une vie et ouvrir un nouveau chemin de création. Dans un second livre intitulé "Capteur de Merveilles", elle lui rend une nouvelle fois hommage : "Je dessine les sentiments que sa voix m’inspire, ce qu’il exprime, ce qui fait battre le cœur et l’âme lorsque je l’entends et le regarde".

 

Artiste peintre depuis près de 30 ans, elle est aussi poète et amoureuse de l’art lyrique. "J’aime l’opéra, l’art, les livres et tout ce qui parle à l’âme" dit-elle. Car c’est bien l’authenticité du contact d’âme à âme entre ce ténor et son public que l’on capte immédiatement qui fait la puissance de ce lien subtil qu’elle met en poèmes et en images.

 

Pour les personnes particulièrement sensibles à la musique, on dit que la première fois à l’opéra est une onde de choc qui se mue en une passion indestructible. Il en est de même avec les interprètes de grand talent, de celui que l’on détecte dans les premières secondes tant le contact avec la beauté pure nous bouleverse. Chacun participe aux mouvements du monde mais les grands artistes ont un pouvoir de rêve et le don de répondre au besoin de spiritualité de chacun. Ils ramènent nos âmes désaccordées à une harmonie intérieure. 

 

 

Cet artiste lumineux inspire poèmes et dessins à Cathie Hubert et parcourir ses livres nous fait revivre ces moments d’opéra partagés. Tous les passionnés de ce ténor s’y reconnaîtront tant l’émotion enracinée dans le cœur de Cathie semble universelle. A chaque représentation nous sommes du même voyage, enfermés dans une bulle temporelle d’où l’on ne ressort qu’aux bruits de l’ovation finale. Puis la sortie du théâtre alors que nous sommes encore emplis de "particules célestes" et le retour à la vraie vie dans l’attente du prochain concert. 

 

Au fil des textes, tout ce qui fait l’essence même de Jonas Kaufmann transparaît dans une touchante sincérité poétique. Car le ténor n’a pas seulement cette voix sublime et ce timbre envoûtant, il a ce don de s'emparer de son personnage incarné tout en profondeur et sensibilité. Il est, dans la seconde, au plus juste de l’émotion, oubliant le public, la technique et lui-même. Concentré, relié, humain et authentique. Dans la voix et dans l’œil, il a ce feu sombre et toute la douceur du monde. 

 

 

Le regard justement, Cathie Hubert commence toujours ses dessins par les yeux de Jonas, "son âme affleure, et tout le reste suit.". La palette des émotions inspirées par le ténor est la matière première de son art, à chaque opéra ou aria correspond un dessin illustré d’un poème. Ses créations reflètent l’intensité de ces moments magiques, fulgurances venues du cœur. Aquarelles au bleu azur profond traversées d’une lumière sous-tendue de mélancolie.

 

La source de son inspiration est la voix divine d’un "passeur de lumière". "Il nous emporte, nous enlève, nous laisse sidérés et toujours au regret de ne pas pouvoir retenir ses visions, ses merveilles". Lyrisme et poésie d’une artiste qui exprime sa passion dans une constellation de mots et d'images, nobles traces destinées à revenir vers son inspirateur et effleurer son âme.

 

 

Deux livres entièrement écrits et illustrés par Cathie Hubert
"Mon âme a reconnu votre âme" - Les Editions du Frêne Bleu 2015
"Capteur de Merveilles" - Les Editions du Frêne Bleu Novembre 2016

Pour se les procurer, à commander www.artopera.com ou sur www.amazon.co.uk.
On les trouve également à la boutique Opéra du Bayerische Staatoper. A Munich, 20% des recettes sont versés à l'organisme de charité Campus Freunde choisi par Jonas Kaufmann afin d'aider les jeunes chanteurs lyriques.

"Mon âme a reconnu votre âme" de Cathie Hubert, "inspiré par la voix prodigieuse de Jonas Kaufmann"

Le 10 Novembre 2017 by Charles ARDEN Musicologue Olyrix Opera magazine.

"Mon âme a reconnu votre âme" Ainsi parle le Werther de Massenet à Charlotte. Ainsi parle la voix de Jonas Kaufmann à l'âme de Cathie Hubert, ainsi guide-t-il sa plume belle plume poétique et ses crayons d'aquarelle. « C'est après avoir vu Jonas dans Manon Lescaut au Royal Opera House de Londres en Juillet 2014, que l'existence de ce livre s'est imposée. » https://www.youtube.com/watch?v=1HpiVBaX6_A Le premier poème traduit le coup de foudre immédiat pour la voix sans pareille du plus grand chanteur de sa génération : « Il n'a fallu qu'un chant pour que le ciel s'allume. » Le livre déploie alors un carnet de voyage poétique, suivant les prestations de Kaufmann : Carmen à La Scala, Werther à Bastille, Tosca à Munich en 2010, Lohengrin à La Scala, L'Arlésienne à Munich en 2012, Le Trouvère à Munich, Don Carlo à Salbzbourg en 2013, Andréa Chénier à Londres en 2015, ainsi que son interprétation de la mélodie "Ombra di nube", du Voyage d'hiver et son album "You mean the world to me". Très savamment agencées, les aquarelles se répondent de page en page comme par transparence et se déploient sur les vers libres. Poétiques, les textes parviennent aussi à décrire le chant de l'artiste à la voix de velours, son engagement absolu au cœur incandescent), sa prédilection pour les personnages brisés au genou chancelant. La qualité d'impression remarquable de ce petit livre donne envie de caresser le grain du papier (et avec, le visage du ténor), offrant un beau relief aux aquarelles. Le livre s'ouvre et se referme par une page d'or, tel un rideau se levant et se baissant sur la prestation éternelle du chanteur. Un rabat de la couverture permet aussi de clore le livret, de le glisser dans une poche pour y puiser l'inspiration avec les réminiscences de la voix Kaufmannienne. Un voyage à poursuivre dans le second livre, "Capteur de Merveilles"...